Je me suis auto diagnostistiquée

 

au pays des portes blindées

On met ses mémoires dans des cartes à puces.
On ne flâne pas.
On produit son avancement.
On code.
On se protège.
On se méfie.
On se claque portes dans le nez.
On se maquille de barricades 
et elles s'alarment beaucoup.


Bruits partout, sons bien lourds,
si forts qu'on ne peut plus savoir 
comme on voit aussi avec les oreilles.


Mais comme on pense et on gamberge,
comme on fomente rumeurs et commérages,
tous nos yeux se rendent aveugles
devant toutes ces choses écrites,
scintillantes et surlignées.


Jugements, cages à lapins sont des plages
pour cervelets qui rêvent d'un paradis soldé.


Au pays des portes blindées,
il y a de jolies petites choses,
qui font mine d'ignorer les cargaisons
de paroles, de rôles à tenir, de plus pour mieux,
de tralalas en chiffres semés pour faire sérieux.


Pour ne pas se faire écraser, 
elles se glissent
minuscules
aussi petites que possible.


Pour ne pas disparaitre
elles tendent leur faim de naïveté vers le soleil.

 

Aux pays des portes blindées,

les mouches coincées par la vitre

sont bien plus libres que les humains.

Comme un être en faute qui se libère

photo Marie Ployart ©2018 http://marieployart.fr/

© 2019 Nuage 40
L'ADAGP gère les droits sur les oeuvres picturales, graphiques et écrites de Nuage 40